Notre histoire :

163339_208724345914592_1711828443_n copi
Numériser 7.jpg
AUJOURD'HUI

Le château appartient à Michel Guyot qui s'en occupe avec l'aide de ses 3 enfants impliqués dans le quotidien du site notamment pour le spectacle historique qui a lieu tous les été depuis 30 ans.

Pour Jacques et Michel Guyot, tout a commencé en 1979. En Bourgogne, près d’Auxerre, le château de la Grande Mademoiselle, la cousine de Louis XIV, est à l’époque dans un triste état d’abandon et de délabrement. Ses deux hectares de toitures percées de toutes parts ont fait fuir tous les repreneurs potentiels.

Sans un sou en poche les deux frères, 28 et 32 ans, font néanmoins le pari de relever le défi. Au même moment, Saint-Fargeau est médiatisé dans la France entière par le feuilleton télévisé « Au Plaisir de Dieu » adapté du roman de l’académicien Jean d’Ormesson. C’est le début d’une grande aventure qui 35 ans plus tard a permis de sauver définitivement Saint-Fargeau.

Il a fallu pour cela installer tout d’abord un centre de vacances pour une centaine d’enfants dans une des cinq ailes du château. Ensuite l’ouverture au public amène à Saint Fargeau plus de 40.000 visiteurs dès la première saison. Enfin c’est la création d’un grand spectacle historique et la mobilisation généreuse de plus de 600 acteurs bénévoles et d’une centaine de cavaliers venus de quatre départements. Et c’est bien souvent quatre générations qui jouent aujourd’hui dans le spectacle. Plus d’un million de spectateurs enthousiastes ont encouragé cette aventure humaine.

 
f0144a_94c707f4d99246bc9854c022b19b4e40.

En 1987, Jaques Guyot rachète en Sologne le Château de la Ferté. Originaire de Bourges, ce château il le connait depuis l’enfance. C’est donc un rêve devenu réalité quand il reprend les rênes de cette grande demeure. L’état général fait peine à voir. Incendiée en 1944 une des ailes des communs majestueux est restée en l’état. Décombres de l’incendie et végétation de plus de 60 ans envahissent le bâtiment. Les écuries sont couvertes de tôles ondulées et la charpente est soutenue par des étais pour éviter qu’elle ne s’écroule. Les toitures sont à remplacer sur plus d’un hectare et l’état intérieur du château demande une restauration générale. Un quart de siècle plus tard, l’Orangerie a été reconstruite (1 million d’euros de travaux), la cour d’honneur redessinée, les écuries réhabilitées, les toitures sont presque achevées mais beaucoup reste encore à faire. Les bâtiments construits sur un terre-plein entouré de douves sont fragilisés. Il faut consolider la terrasse sur plus de 800 mètres, reconstituer les balustrades en pierre et les intérieurs du château nécessitent encore de nombreux investissements. La Ferté finance son sauvetage grâce à une salle de réception, deux gîtes de charme, des animations annuelles, et surtout ses 50.000 visiteurs. Tous paient un droit d’entrée en sachant qu’ils offrent ainsi quatre ardoises neuves aux toits du château. La Ferté est actuellement le château le plus visité du Loiret !

DSC00463.jpg
AUJOURD'HUI

Le château appartient à Lancelot Guyot qui reprend le flambeau en 2015. Depuis, de nombreuses activités ont été dévelopées, dont un grand festival de musique électronique le 14 Juillet.

 
Chateau de lurcy lévis.jpg
 
IMG_8072.jpg
AUJOURD'HUI

Le château est dans un état de grand péril. Son propriétaire actuel ne souhaite pas le vendre malgré de nombreuses propositions. 

De 1995 à 2000, Jacques et Catherine Guyot rachètent le château de Lucy Lévis dans l'Allier, à l'abandon depuis plusieurs dizaines d'années après un projet de promoteur avorté, le château est dans un triste état. Ils s'y installent avec leur famille et accueilleront plus de 20 000 visiteurs chaque année avec l'organisation de plusieurs manifestations comme une fête de la chasse et du cheval. Le château reprend vie, malheureusement le chiffre d'affaire généré n'est pas suffisant pour faire face aux charges financières de l'emprunt et le château doit être revendu en 2000.

 

24F05438-HD.JPG
 
IMG_3247.jpg
AUJOURD'HUI

En 2019, la fréquentation annuelle passe la barre des 60 000 visiteurs. En 2020, Alice Guyot rachète le château a ses parents pour y vivre et continuer à le développer.

Abandonné par son propriétaire dans les années 80, une société sénégalaise fantôme , Bridoire est martyrisé et pillé pendant 22 ans . Rien ne lui a été épargné : cheminées, portes et boiseries volées, fenêtres brisées, parquets arrachés... C’est un carnage ! Grâce à la mobilisation citoyenne et médiatique, l’Association de Sauvegarde du Château de Bridoire obtient le classement d’office du château en tant que Monument Historique, puis l’expropriation du propriétaire (une première en France depuis le vote de la Loi sur la Protection des Monuments Historiques… en 1913 ) et enfin, la réalisation de travaux d’urgences. L’Etat lance ensuite un appel d’offres avec un cahier des charges strict. Restaurer Bridoire et l’ouvrir à la visite en sont les deux clauses principales.

Émus par tant de malheurs et pour éviter le lotissement du parc du château et de sa campagne environnante par un complexe touristique (de plusieurs centaines de maisons !), Catherine et Jacques Guyot se portent candidats. Le 13 septembre 2011, ils signent l’acte de vente avec l’Etat.

Après une première campagne de travaux éclairs, le 1er juillet 2012, le château est ouvert pour la première fois de son histoire au public. 40.000 visiteurs viennent couronner le succès de cette première saison touristique. Une nouvelle tranche de travaux peut être menée dès l'année suivante. Aujourd'hui, ce sont plus de 60.000 visiteurs qui chaque année participent à la sauvegarde du château.

 

Vaux - copie.png

En 2015, Edouard Guyot s'endette et rachète le Château de Vaux dans l'Aube. Ce château très dégradé par le temps a été complètement recouvert de taules ondulées pour le figer. Les communs étaient occupés par un centre d'enfants handicapés. Le château de Vaux a développé une offre complète de salles de réception, hébergements jusqu'à 90 personnes et des événements comme Chasse et Campagne accueillant plus de 7.000 visiteurs sur une journée.

La visite du château permet de découvrir son histoire sous la forme d'une enquête. En 2017, les caves du château sont restaurées et ouvrent au public. En 2020, la première tranche de travaux prend fin sur le pavillon central avec une nouvelle couverture en ardoises et plomb ainsi qu'une redécouverte des ornementations sublimes de l'architecte Germain Boffrand.

Edouard Vaux.jpg
AUJOURD'HUI

Un chantier monumental a démarré en 2020 pour redonner un toit à Vaux ! Le chantier se poursuit en 2021 pour une nouvelle tranche de travaux.

 
Vue aérienne ©Caeli.jpg
 

Conséquences des bouleversements économiques et sociaux des deux guerres du 20 ème siècle, Pierre de Fleurieu, dernier maillon d'une chaine ininterrompue depuis le 15 ème siècle, se résigne à jeter l’éponge en 1962. Marzac est vendu pour la première fois de sa longue histoire.

Vingt-cinq ans plus tard, en 1987, Marzac change encore de mains. Les nouveaux propriétaires sont des investisseurs européens. Leur projet : transformer Marzac  pour en faire un complexe d’hébergements de luxe. 

 

En 2018, suite aux difficultés financières de cette société, la banque luxembourgeoise met le domaine aux enchères. Personne ne s'étant porté acquéreur, l’établissement bancaire devient bien malgré lui propriétaire du domaine. 

 

Quelques mois plus tard, la proposition de reprise globale du château et de son domaine présentée par Catherine et Jacques Guyot est acceptée par la banque.

 

C’est ainsi qu’en juin 2019, ils deviennent les nouveaux propriétaires du château de Marzac situé à Tursac, dans le triangle d’or du Périgord Noir, à un trait de flèche de Lascaux et de Sarlat.

8E3BD924-8AC1-4034-8306-1938A4012AEA.JPG
AUJOURD'HUI

Le château est actuellement en travaux afin de permettre un nouveau circuit de visite en 2021. Un projet agricole a vu le jour en parrallèle des visites.